E: admin@jobpourcadres.com | T: 514 398-9345

Que faire après avoir été contacté par un chasseur de tête ?

Que faire après avoir été contacté par un chasseur de tête ?
Message chasseur de tête

Que faire après avoir été contacté par un chasseur de tête ?

Les jeunes cadres sont nombreux à s’interroger sur le rôle du chasseur de tête dans le marché du travail actuel. N’ayant jamais été chassé, ils ne savent pas l’importance qu’un chasseur de tête peut avoir dans leur progression professionnelle. Les cadre intermédiaire et senior sont quant à eux habitués de recevoir ce genre d’appels puisque tout au long de leur carrière, ils ont été sollicités et savent qu’un chasseur de tête est fort utile quand vient le temps de vouloir obtenir de nouvelles responsabilités.

À l’aire des médias sociaux et des sites d’affichage de postes, les jeunes professionnels en recherche d’emploi ou encore à la recherche d’un nouveau défi n’ont pas le réflexe de contacter un chasseur de tête. Et c’est tout à fait normal puisqu’ils trouvent habituellement un poste assez rapidement.

Par contre, en prenant de l’expérience et en diversifiant leurs compétences de gestion, ils deviennent une catégorie recherchée pour le chasseur de tête qui réalise des mandats bien précis pour des clients (PME, grandes entreprises, etc.).

Ce sera donc au chasseur de tête d’établir cette première communication. Il vous aura identifié soit par son réseau de contacts, soit via les médias sociaux et ou encore dans un répertoire de professionnels précis. C’est à partir du mandat qui lui a été confié qu’il déterminera le profil idéal et par conséquent, ses recherches les mèneront peut-être jusqu’à vous.

La confidentialité est cruciale

Il travaille dans la discrétion et la confidentialité alors parlez sans crainte. Le chasseur de tête vous parlera sommairement de son mandat mais il voudra surtout apprendre à vous connaître. Qui êtes-vous comme professionnel? Quelles sont vos motivations, vos ambitions? Êtes-vous heureux en poste, à l’écoute du marché? Plus vous serez franc, plus vous l’aiderez à vous aider! Personne n’a avantage à perdre son temps. Si votre conversation l’amène à conclure que vous possédez ce qu’il cherche, il vous convoquera en entrevue. Cela vous donnera l’occasion de poursuivre votre connaissance du mandat à combler mais aussi de confirmer si c’est le genre de défi qui vous intéresse.

On a fait appel à ses services pour identifier les meilleurs candidats pour combler son poste, pour présenter une courte liste composée de cadres qui allient savoir-faire et savoir-être en fonction de l’état du marché.

Tout est une question de réseau

Si, au contraire, il considère que vous n’avez pas le profil recherché, il voudra faire appel à votre réseau pour l’aider à identifier des candidats potentiels. Il est de bon ton de clore la conversation en suggérant quelques membres de votre réseau qui pourraient pour leur part répondre aux besoins du chasseur de tête. La force du réseautage est infinie et il est certain qu’un de ces jours, ce soit un membre de votre réseau qui vous recommande. Parfois, certains ont peur de référer quelqu’un car ils ne veulent pas les vexer en ayant donné leur nom à un chasseur de tête, mais soyez rassuré, c’est pratiquement toujours considérer comme très valorisant d’avoir été recommandé.

Le chasseur de tête est au fait de l’état du marché du travail

Autre élément à ne pas oublier : personne ne connaît mieux l’état du marché du travail qu’un chasseur de tête. Il reçoit les confidences des cadres supérieurs, il est à l’affût des mouvements de vente/acquisitions d’entreprises, il possède une multitude de données sur la plupart des entreprises qui pourraient nécessiter ses services de recrutement de cadres. Aussi, n’hésitez pas à rappeler votre chasseur de tête si vous envisagez faire un changement d’emploi. Il pourra probablement vous confirmer si vous faites la bonne chose ou encore, si vous devez questionner le haut taux de roulement de la direction.

Éthique et déontologie font bon ménage

La profession de chasseur de tête est encadrée par un Ordre professionnel : l’Ordre des CRHA. Le Code de conduite des recruteurs externes réunit les fondements qui encadrent les chasseurs de tête. On ne s’improvise pas chasseur de tête: on le devient à force de réaliser des mandats.

Et souvenez vous qu’un chasseur de tête a une mémoire d’éléphant alors il saura se souvenir de vous si vous avez retourné son appel!

 

Vous êtes entrepreneur ou responsable aux ressources humaines ? Visitez Métivier Groupe Conseil, agence de recrutement, si vous souhaitez obtenir de l’information sur nos services aux entreprises.