E: admin@jobpourcadres.com | T: 514 398-9345

All posts in Trucs et astuces

Chasseur de têtes : traquer le chasseur
Chasseur de têtes traquer le chasseur

Saviez-vous qu’il existe un annuaire en ligne où on peut trouver des chasseurs de têtes ? Qu’on les appelle chasseurs de têtes ou de talents, ou encore conseillers en recrutement, ces intermédiaires qualifiés savent quels fils tirer pour conseiller les bons candidats aux bonnes entreprises. Ces connecteurs discrets du monde de l’emploi pourraient bien vous faire obtenir un poste dans une grande entreprise, un mandat important, ou encore, vous pourriez devenir le haut dirigeant d’une compagnie nationale. Mais… qui sont-ils ? Où se cachent-ils, et comment les retrouver ? Inversez les rôles, aujourd’hui : traquez le chasseur de têtes !

 

Mieux comprendre ce qu’est un chasseur de têtes

Sur le marché du travail, le recrutement de candidats orchestré par une tierce partie se fait de deux façons : avec les agences de placement, ou encore avec les cabinets de recrutement de cadres. Attardons-nous à ces derniers.

Le chasseur de têtes ayant un métier qui pose ses fondations sur la confidentialité, on se doit de percer certains mystères l’entourant… Son travail est d’identifier les gens qui possèdent les meilleurs talents et l’expertise niche, et ainsi, attirer la perle rare pour son client. Pour bien traquer ce type de professionnel, on doit bien comprendre ses fonctions : il travaille pour l’employeur qui le mandate, et non pour le candidat. Lorsqu’on est à la recherche d’opportunités, il n’est pas obligatoire qu’on connaisse personnellement un chasseur de têtes. Si on est bon dans ce qu’on fait, qu’on est audacieux et qu’on a les capacités et les compétences d’aller plus loin, un recruteur de haut calibre entendra parler de nous.

Malgré l’aura de mystère qui l’entoure, le chasseur de têtes a de nombreux contacts importants dans le monde des affaires. En d’autres mots, si votre candidature est prometteuse, il est fort probable que vous receviez des offres de la part d’un chasseur de têtes.

 

Il est important aussi de comprendre, surtout si vous êtes activement à la recherche d’un nouvel emploi, que vous pouvez, non vous devriez vous présenter à plusieurs chasseurs de têtes. Les chasseurs de têtes ont ce qu’on appelle « l’exclusivité de mandats avec leurs clients », ce qui veut dire que pour le poste donné, ils sont seuls à recruter pour le combler.

Ce qu’ils n’ont pas, cependant, c’est l’exclusivité des candidats. Ainsi, si vous êtes actifs présentez-vous à plusieurs cabinets de recrutement, il y aura certainement des chasseurs de têtes avec qui vous formerez de bons liens et d’autres avec qui le courant passera moins, mais ce qui compte c’est qu’ils aient tous votre profil en main.

 

Un bon équilibre à trouver avec le chasseur de têtes

Lors du premier contact avec le chasseur de têtes, il importe de bien se présenter. Cependant, on doit veiller à ne pas être dérangeant ou même harcelant ; on doit bien doser le suivi. On peut rappeler notre candidature au chasseur de têtes une ou deux fois par année, mais pas davantage.

Si on le contacte chaque semaine, cela risque d’avoir un effet contre-productif sur l’obtention d’un poste. Si l’on est trop insistant, le chasseur de têtes pourrait s’exaspérer et ne pas vouloir nous recommander à un potentiel employeur… On doit donc trouver le juste équilibre entre s’affirmer et lui laisser le temps et de l’espace pour lui permettre de décrocher le mandat qui nous sera adéquat.

Conséquemment, il faut comprendre que la collaboration avec un chasseur de têtes est tributaire également de bon « timing ». C’est-à-dire, le recruteur peut avoir la meilleure perception de vous ainsi que les meilleures intentions, s’il n’est pas mandaté, au moment de vos recherches d’emploi, d’un poste qui convient à votre expérience il ne pourra pas faire de miracle.

Il pourrait vous appeler 6 mois après que vous ayez débuté un nouvel emploi, encore une fois le « timing » ne sera pas de la partie. Toutefois, prenez son appel, écoutez ce qu’il cherche et tentez de penser aux gens de votre réseau, puis mettez-le à jour sur votre propre situation. Si le contact est bon avec un chasseur de têtes en particulier cultivez la relation, on vit de plus en plus longtemps et nos carrières durent plusieurs décennies une telle collaboration pourrait se présenter à nouveau.

 

Rappeler que l’on existe, à travers son réseau professionnel

Lorsqu’on est en transition de carrière, il est très important de se faire connaître des gens, afin qu’ils sachent exactement ce qu’on peut leur offrir. Voici une excellente façon de laisser un souvenir dans l’esprit du chasseur de têtes : être actif au sein de la communauté des affaires et de notre milieu en général.

Par exemple, si on entend parler d’un poste qui serait intéressant pour un cadre que l’on connaît, on peut suggérer cette candidature au chasseur de têtes. C’est une façon de faire d’une pierre deux coups ! Cela peut donner un résultat favorable pour le candidat, qui pourrait bien vouloir vous renvoyer éventuellement la balle. Le chasseur de têtes appréciera aussi sans doute ce geste généreux et pourra potentiellement se rappeler votre propre candidature lorsqu’un poste de votre secteur d’industrie sera à pourvoir !

 

Quoi faire pour avoir leur attention

Le chasseur de têtes est toujours aux aguets d’une candidature intéressante. Le marché est compétitif et il faut pouvoir se distinguer ; vous pouvez vous outiller de nombreux trucs et astuces pour vous faire remarquer dans le milieu de l’emploi. Il faut être proactif et réseauter beaucoup afin de se faire plusieurs contacts. Il faut aussi que vous ayez de bonnes raisons d’aller dans les événements où se tiennent les chasseurs de têtes. Ainsi, vous pourrez serrer des mains, parler affaires, et vous mettre de l’avant, mais sans trop vous imposer.

Rappelez-vous que les chasseurs de têtes s’intéressent aux individus, tant au niveau de leurs intérêts que de leurs comportements, alors tout ce que vous avez fait par le passé, ainsi que ce que vous faites présentement, est d’une importance capitale… Vos gestes et actions d’aujourd’hui sont peut-être portés aux oreilles de quelqu’un de très influent, alors, soyez aux aguets.

 

La balle est dans votre camp !

Bref, vous avez maintenant un meilleur portrait des chasseurs de têtes. Vous saurez notamment comment établir et garder de bonnes relations avec ce type de professionnel, ainsi que quelques bonnes pistes afin de savoir quelles actions poser pour vous démarquer du lot. Maintenant, à vous de jouer pour démasquer les chasseurs de têtes ! Si vous êtes murs pour de nouveaux défis, visitez nos postes régulièrement sur JOB POUR CADRES.

L’art de se faire désirer
Recrutement cadres

Recrutement de cadres : l’art de se faire désirer

Dans le monde du recrutement de cadres, le mot de passe pour entrer au nirvana des postes-clé est employabilité, qui se définit comme étant le potentiel d’un candidat à être embauché dans des délais et des conditions raisonnables. Tout comme en amour, les meilleurs postes sont toujours très convoités et, pour les obtenir, il faut plaire, convaincre et savoir se faire désirer!

Se faire connaître subtilement par les recruteurs de cadres

Dans leur ouvrage Le manager est un psy, les psychiatres Eric Albert et Jean-Luc Emery, qui sont aussi consultants en entreprises, affirment que l’employabilité est avant tout la capacité à se rendre désirable sur le marché du travail, que ce soit à même l’entreprise ou à l’externe. Voici 3 moyens d’y arriver :

 

 

1. Exceller dans votre poste actuel :

En vous rendant indispensable dans votre présent poste, votre réputation se bâtit et vous vous rendez très désirable aux yeux des autres entreprises qui ont des postes similaires à offrir. Nombreuses sont les entreprises de renom qui recherchent (par le biais d’agences de recrutement de cadres et de chasseurs de tête) des candidats déjà en emploi qui ont démontré des qualités exceptionnelles dans l’accomplissement de leurs fonctions.

 

 

2. Être visible sur les réseaux sociaux professionnels :

Vous faire connaître sur les réseaux sociaux professionnels (comme LinkedIn, Viadeo ou Xing) peut s’avérer extrêmement efficace pour créer un réseau de contacts. Les employeurs potentiels et les chasseurs de têtes sauront que vous existez et pourront mieux vous connaître, ce qui favorisera grandement votre accessibilité à des postes-clé lorsque vous aurez à effectuer un changement de carrière.

 

 

3. Gardez vos connaissances à jour :

Pour être efficace et compétitif, vous avez avantage à suivre des cours de formation continue ou de perfectionnement dans votre domaine d’activité. Que ce soit pour parfaire vos aptitudes en gestion, pour améliorer vos connaissances en matière de technologies ou pour augmenter votre niveau dans une langue seconde, la formation continue améliore grandement votre profil d’employabilité.

 

 

4. Impliquez-vous socialement :

Vous engager dans diverses associations et organisations professionnelles ou sociales est à votre avantage. Donner des cours, des conférences ou vous impliquer dans votre collectivité augmentera votre visibilité et est un très bon faire valoir auprès de futurs employeurs.

 

Bien réfléchir aux propositions de postes

Lorsque vous aurez des propositions de postes, prenez le temps de réfléchir à celles-ci de manière rationnelle. En étant patient et sélectif, vous démontrerez que vous savez exactement ce que vous recherchez comme défis professionnels et que vous reconnaissez la valeur de votre travail, ce qui est la meilleure stratégie pour vous faire désirer par des professionnels en recrutement de cadres. Les grandes entreprises comme les plus petites ont tout intérêt à engager des leaders qui ont confiance en leurs capacités.

Si vous croyez être prêt pour relever un nouveau défi, faites parvenir votre cv.  Si un poste correspondant à votre profil se libère ou se crée les spécialistes en recrutement de cadres et de professionnels de l’équipe de JOB POUR CADRES communiqueront avec vous.

Les meilleures techniques pour réussir son entrevue

Réussir son entrevue d’embauche n’est pas toujours évident. Cela demande à la fois beaucoup de pratique, une bonne préparation et certaines connaissances. Voici quelques astuces pour vous aider à faire un bon entretien d’embauche.

Meilleures techniques d'entrevue

Soyez bien préparé

Être bien préparé pour votre entrevue d’embauche vous aidera à vous sentir confiant et à faire bonne impression. Exercez-vous avec un ami, ou encore mieux, avec un coach qui vous aidera à trouver les bonnes réponses tout en vous donnant des commentaires clairs pour vous améliorer.

Faites des recherches sur l’entreprise

Faire des recherches sur l’entreprise au poste convoité vous permettra d’en apprendre davantage sur le travail demandé et le type de candidat idéal pour eux. En montrant que vous connaissez l’entreprise, vous démontrerez également votre enthousiasme pour le poste, ce qui est un atout majeur.

Gérez bien votre stress

Passer une entrevue est une source de stress pour tout le monde. Un stress mal géré pourra vous faire oublier les réponses préparées ultérieurement, ce qui vous ferait perdre confiance, ce que vous recruteur ne manquerait pas de noter. Une bonne gestion de votre stress vous évitera ces soucis. Parfois, prendre simplement quelques minutes pour bien respirer avant l’heure de son entrevue peut faire toute la différence !

Posez des questions

Normalement, le responsable des ressources humaines vous demande si vous avez des questions avant de mettre fin à votre entretien. N’hésitez pas, car les questions que vous posez montrent votre intérêt pour le poste.
Pour conclure, si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour décrocher le poste idéal, il est recommandé d’avoir recours à un coach professionnel certifié. Celui-ci vous guidera et vous conseillera sur les différents aspects importants de l’entretien d’embauche. Les experts de Métivier Groupe Conseil peuvent vous aider à améliorer vos techniques pour réussir aisément votre entrevue.

Comment bien choisir son coach professionnel ?

Beaucoup de gens se proclament coach sans avoir suivi de formation accréditée, ni avoir l’expérience ni les compétences requises. Comment distinguer un coach professionnel fiable d’un coach amateur ? Comment choisir le bon coach pour ses besoins ? Voici quelques conseils pour vous aider dans votre recherche.

Comment choisir son coach professionnel

Déterminez vos objectifs et vos besoins

En connaissant vos besoins et les objectifs que vous aimeriez atteindre grâce à un service de coaching, vous saurez mieux vers quel type de coaching vous diriger. Recherchez-vous une approche axée sur les résultats ? Préférez-vous un coach qui travaille en entreprise ?

Demandez à voir la certification du coach

Avant de signer une entente avec un coach, assurez-vous qu’il soit membre de la Fédération internationale des coachs du Québec (FICQ). Si votre coach professionnel est membre de la FICQ, cela signifie qu’il a réussi une formation en coaching qui est accréditée par l’International Coach Federation (ICF) et qu’il se doit de respecter leur code de déontologie. Il s’agit donc d’un très bon point de départ !

Posez des questions sur la spécialisation du coach

Une fois que vous avez trouvé un coach certifié dans votre région, téléphonez-lui et demandez-lui quelle est sa spécialisation. S’il vous répond qu’il est généraliste, tentez de savoir s’il a l’habitude de travailler avec votre type de défi à relever.

Fiez-vous à votre instinct

La relation entre le coach et le coaché se base avant tout sur la confiance. Lorsque vous lui parlez, soyez attentif à comment vous vous sentez. Est-ce que votre petit doigt vous dit de vous méfier, ou si, au contraire, vous vous sentez tout de suite en confiance ? Écoutez votre instinct, il a souvent raison !

Métivier Groupe Conseil offre un service de coaching et développement professionnel. Nos programmes de coaching incluent le coaching de gestion, le coaching d’intégration et le coaching de carrière. Nous vous invitons à communiquer avec nous pour en savoir plus. Il nous fera plaisir de répondre à vos questions.

Le langage non verbal lors d’un entretien d’embauche ?

Comment adopter le bon langage non verbal lors d’un entretien d’embauche ?

Lors d’un entretien d’embauche, avoir un langage non verbal approprié est un facteur de succès qu’on néglige trop souvent. On dit que 93% de notre langage est non verbal : il est donc primordial de connaître les fondements du langage corporel pour faire bonne impression ! Voici quelques éléments à retenir.

La posture lors de l’entretien

Assoyez-vous le dos droit et tentez de vous placez un peu sur le bord de votre siège de façon à démontrer votre intérêt pour le poste. Certains suggèrent de pencher la tête un peu vers la droite pendant que votre interlocuteur parle pour qu’il sache que vous êtes attentif. Ne croisez surtout pas les bras, ce qui démontrerait votre fermeture.

La gestuelle et la poignée de main

Donnez une poignée de main ferme, sans toutefois broyer les doigts de l’autre personne. Pendant l’entrevue, évitez de pianoter nerveusement, de vous passer la main dans les cheveux fréquemment ou de bouger votre jambe sous la table frénétiquement. Laissez simplement vos mains sur vos genoux ou déposez-les sur le bureau pour montrer que vous êtes calme. Si vos mains tremblent, tenez fermement un stylo. Vous pouvez faire de petits gestes avec vos mains en parlant, mais des gestes trop amples seraient potentiellement distrayants pour le recruteur.

Le contact visuel

Il est important de regarder le responsable des embauches dans les yeux pendant votre échange ; un regard fuyant dénoterait un manque de confiance en soi. Cependant, il importe de ne pas fixer son regard trop longuement, ce qui serait parfois perçu comme une attitude de supériorité.

La façon de parler en entrevue

Articulez clairement, finissez toujours vos phrases et évitez les mots d’hésitation comme euh, ben, et les tics comme genre, t’sais, comme. Respirez par le ventre pour avoir une voix suffisamment forte, claire et posée. Une voix basse est un signe de manque de confiance en soi. Évitez également de mâcher de la gomme lors de votre entrevue.

Finalement, un simple conseil pour améliorer votre langage non-verbal lors d’un entretien d’embauche c’est de vous pratiquer devant le miroir aussi bête que cela puisse sembler ou avec un ami objectif. Le non-dit lors d’une entrevue est très important mais vous comprendrez que ce n’est pas suffisant que de travailler sur le non-verbal. Votre présentation, le contenu de vos réponses ainsi que la qualité de vos questions demeureront toujours les points fondamentaux à simuler en guise de préparation pour une entrevue.  Un coach professionnel dans ces cas-ci serait la meilleure personne pour vous aider. Les experts de Métivier Groupe Conseil sont là pour vous aider.

Section trucs & astuces

Vous trouverez ici des conseils utiles pour vous aider dans votre cheminement professionnel